Memento.

L’odeur de la pluie, Music for a While, un gratin de butternut, les rires de Joseph, la tendresse de mes vieux parents, un bon livre et un plaid : le sentiment fugace, incongru, d’être en paix.

Une vie minuscule qui commence : mon corps, qui avait repris ses marques, recommence , doucement, à vaciller.

Après vendredi, nous l’avons lu et relu, rien ne sera plus pareil. Je crois que premier de nos devoir est d’essayer, tant bien que mal, d’être conscient et, si possible, d’être heureux. Je crois qu’en ces heures sombres, c’est à la fois une nécessité vitale et un acte de résistance.

Publicités

7 réflexions au sujet de « Memento. »

  1. rouliodeprintemps

    Ta plume est d’une douceur telle que j’ai l’impression à chaque fois d’avoir le nez pris sous un plaid et de te lire par en dessous, la truffe bien au chaud…merci! ^^
    Mais voilà du coup, je sais pas si j’ai bien lu entre les lignes…désolée si je suis un peu cash et/ou maladroite mais quand tu parles « d’une vie minuscule », c’est bien d’un bébé qui s’est niché en toi dont il est question? Si c’est ça, toutes mes félicitations madame! C’est vraiment extra!
    Euh si c’est point ça, j’espère vraiment que je ne t’ai pas froissée et sache que je te présente alors toutes mes confuses.
    Au revoir.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s