Bribes #3

Épuisée mardi soir, j’ai craint le pire pour le reste de la période. En ce vendredi soir, je suis toujours debout, et rassurée pour la suite. Me voilà responsables d’une bande de petites créatures bavardes, parfois geignardes, pleines d’énergie et hautement comiques. Certains demandent énormément d’attention, d’encouragements, d’énergie aussi. D’autres doivent être portés à bout de bras. L’ouvrage ne manque pas, la classe grouille d’activité mais dans le cocon d’habitudes bien réglées et de rituels stricts (aujourd’hui, j’ai oublié la météo : consternation et désespoir en grande section). C’est brouillon mais serein. Loin de la précision et de l’inquiétude caractéristique du cours moyen.

image

J’aime bien mes collègues : flegmatiques, majestueux, archipros, pince-sans-rire, élégantes, lunaires, spontanées, comiques, drôle d’alphabet de maîtres et de maîtresse, rouages indispensables d’un système bien organisé dont j’espère, un jour, faire totalement partie. Ma petite expérience m’a appris qu’en dépit des apparences, l’intégration se fait vite. En trois ou quatre ans, on devient l’un des piliers d’une école : les parents nous situent au moins de visage, on connaît le petit Untel qui fait tant de bêtises puisqu’en général on a vu passer un ou plusieurs membres de la fratrie, on sait où se planquent les ASEM pour fumer et on retrouve sans problème le papier roche ou le drawing gum dans le vaste bordel qui sert de réserve à fourniture. Bref, on fait partie de l’équipe avec dossard et numéro. Et là, c’est bien.

Mardi, cantine. Je sers les enfants à table, dans les piaillements et le bruits des couverts. Cri de la responsable qui se fâché pour ramener le silence. Les petits, bouche ouverte, médusés, se taisent. Salim, minuscule garçonnet de deux ans et demi, éclate en sanglot. Scène habituelle, mille fois vécue mais cette fois-ci mon coeur se serre.  J’ai lâché mes carottes râpées pour le moucher et tenter, sans succès, de le consoler. « Tu as vu, tout change tout quand on devient mère… » souligne une collègue.

Le bébé grandit. Il suce son pouce et attrape son doudou. Il gazouille et éclabousse, pousse parfois des cris de rage, s’agrippe dans une ébauche de câlin. Difficulté de le nommer ici : Le Lapin ( ou Le Petit Lapin surnom que son père emploie en laissant traîner la la dernière syllabe) ou « mon fils » qui sonne comme un acte de propriété, bof bof. J. : pas envie de le réduire à une initiale, lui si vivant. Je tâtonne, on verra bien, comme d’habitude.

Le changement a du positif. Moi, dont le deuxième prénom est Bordélique, je m’organise autour de mon agenda et de mon carnet noir. J’y écris absolument tout des multiples petites tâches à accomplir. Sur mon bureau, j’ai aussi un cahier pour noter les informations, doléances diverses et autres remarques des parents. Mon nouveau credo : faire tout de suite (car sinon, c’est jamais !). Évidemment, j’y gagne en efficacité et en tranquillité d’esprit.

Pour une première semaine, ce n’est pas si mal, même si le grand oublié c’est l’Archi, si gentil, qui s’extrait du lit une demi-heure plus tôt pour me beurrer mes tartines. Lui aussi semble apaisé. En ce moment, la vie est belle. L’abîme est loin maintenant.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Bribes #3 »

  1. Eliness

    Ton article relate une belle transition de vie toute en douceur. Une évolution, des changements, mais que tu décris sereinement, préparée au meilleur de ce qui va suivre. C’est joli 🙂

    Répondre
  2. Fileuse Auteur de l’article

    Merci ! J’ai envie de garder le tout positif de ces moments-là. Je me relis parfois et en dépit de la fatigue, j’arrive à retrouver la force et le sourire… et je continue !

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s